THE FACTORY / MIST

Bertrand Lamarche / Jérôme Poret

Monoface 33 t | 2005

La pochette conçue par Bertrand Lamarche fait partie d’un corpus d’oeuvres principalement de films, de dessins et de maquettes autour de Nancy, ville natale de l’artiste. Il s’agit de la représentation d’un projet d’une usine à brouillard sur l’ancien centre de tri du courrier de Nancy. Il fut construit par Claude Prouvé de 1969 à 1972. Après un débat passionné sur sa destruction jusqu’en 2008, le bâtiment deviendra le nouveau centre de congrès de Nancy ou Centre Prouvé ouvert début septembre 2014. En pleine controverse autour de ce bâtiment, Bertrand Lamarche décide de produire un ensemble de pièces produites et présentées au Musée des Beaux-Arts de Nancy en 2005.

Ce petit texte concerne la description de son projet hétérotopique de réaménagement.

« Il s’agit de la mise en place d’un système hydrologique permettant la formation d’une nappe de brouillard site SNCF et ses alentours. À une centaine de mètres de profondeur, le sous-sol du site, composé de schistes bitumineux est traversé par une lame de grès gorgées d’eau, d’une vingtaine de mètres d’épaisseur. Au pied du viaduc JFK s’enfonce un large puits cylindrique d’environ cent cinquante mètres de profondeur qui traverse cette lame. Il est fait d’anneaux de béton armé, perforés de façon à recueillir les écoulements d’eau qui y ruissellent et le remplissent. Cette eau est ensuite acheminée jusqu’à une tour-château-d’eau, située à l’est des aménagements ferroviaires, grâce à un système de pompes et de conduits souterrains. Cette tour-château-d’eau est un cylindre noir de cent trente sept mètres de haut, servant de réservoir pressurisé destiné à alimenter une usine où l’eau est transformée en brouillard. Cette usine est implantée dans les locaux de l’ancien centre de tri postal dont les vastes plateaux permettent l’installation et l’équipement nécessaires à sa fabrication. Ce brouillard se déverse sur l’extérieur par les galeries parallèles à l’édifice, connectées auparavant au réseau SNCF. Il s’étale sur un périmètre dont la forme et la surface varient en fonction de la nature des vents, de la pression barométrique et du taux d’humidité de l’air. »

Le son fut réalisé après plusieurs rencontres et débats autour du projet du disque où il fut même question d’inverser les rôles. Jérôme Poret décida de faire le son et Bertrand Lamarche de se focaliser sur la pochette suite à l’invitation du musée des Beaux Arts de Nancy pour son exposition : The Plot en 2005. Le son s’inspire directement d’une maquette à la galerie du sous-sol d’une reconstitution au forme stylisé du quartier de la gare de Nancy faites entre autre d’une entendue de bandes magnétiques qui serpentaient comme représentation du trafic ferroviaire. L’ « élément moteur » est une captation sonore faite sur la vitre des Intercités emblématiques des voies en province et sur le trajet Bourges-Paris que l’artiste empruntait régulièrement pendant des années. ll est ce son d’un bruit régulier presque hypnotique que l’on perçoit pendant ce moment de somnolence, la tête quasi collée contre la vitre du wagon, où sous l’effet de souffle du passage d’un autre train soudainement, nous sort de notre torpeur. Le ronronnement petit à petit après l’effet de souffle finit par se détériorer progressivement pour finir sur une fréquence pure. Comme si le train s’engouffrait dans un tunnel pour s’effacer à notre vue.

« The Fog Factory »
Dessin 30 x 30 cm,
Graphisme : Philippe Étienne

« Mist »
7 min
Son : Jérome Poret
Mixage : Terence Meunier

Production : Musée des Beaux-Arts de Nancy

Tirage à 500 exemplaires, 30 exemplaires numérotés et signés.
15 euros l’unité + 5 euros de frais port / 50 euros l’exemplaire signé.

« À Nancy, la cathédrale industrielle en sursis »
LE MONDE | 15 avril 2007 | Grégoire Allix
C’est un gros bâtiment intrigant, moitié bureaux, moitié usine, qui se dresse le long des voies ferrées de la gare de Nancy. En plein centre-ville, une cathédrale industrielle aux clochers de béton, aux murs de verre et aux arcs-boutants d’aluminium. Construit en 1969, le bâtiment du tri postal est…
www.lemonde.fr