Extrait du texte "Production - Reproduction" Làszlo Moholy-Nagy, 1922

Extrait du texte Production – Reproduction de Làszlo Moholy-Nagy, De Stijl, 1922

« Le gramophone : le gramophone avait jusqu’à présent pour rôle de reproduire des phénomènes acoustiques existants. Les vibrations des sons à reproduire étaient gravées sur une plaque de cire au moyen d’une aiguille et retransformées en son à l’aide d’un microphone.
Un élargissement de l’appareil à des fins de production pourrait consister en ce que les gravures opérées par l’homme lui-même sur la plaque de cire, sans intervention mécanique de l’extérieur, rendent , à la reproduction, un tel effet sonore, que, sans l’intervention de nouveaux instruments ni d’un orchestre, il représente un renouvellement fondamental dans la production des sons (sons et relations entre les sons, nouveaux, non-encore existants), dans la composition et la conception musicales.

La condition fondamentale de ce travail est celle de l’expérimentation en laboratoire : l’examen précis des différentes sortes de gravures (longueur, largeur, profondeur etc.) obtenues par différents sons, examens des gravures fabriquées par l’homme ; et enfin, expérience mécanique et technique pour parfaire cette écriture des gravures (éventuellement réduction par des moyens mécaniques de grandes plaques d’écriture gravée). »

Extrait du texte traduit et repris dans « Le Bauhaus de Weimar : 1919-1925″, par Élodie Vitale, p. 284, ANNEXE 5. Laszlo Moholy-Nagy, « Production-reproduction » (De Stijl. V, 7, juillet 1922, pp. 98-100).