"La nouvelle forme en musique - Les possibilités du phonographe" Làszlo Moholy-Nagy,

Extrait du texte de Làszlo Moholy-Nagy « Neue Gestaltung in der  Musik. Mëglichkeiten des Grammophons » [La nouvelle forme en musique. Les possibilités du phonographe], Der Sturm, Volume 14, n° 7, juillet 1923, pp 102-106.

Extrait du texte « La nouvelle forme en musique – Les possibilités du phonographe » Làszlo Moholy-Nagy, 1923

[…] Je proposais de faire du phonographe en tant qu’instrument de reproduction un instrument de production de manière à ce que le phénomène acoustique se produise lui-même sur le disque sans existence acoustique préalable par la gravure de séries de signes nécessaires […]

Spéculativement il est clair que :
1. par l’établissement d’un ABC de signes gravés se trouve créé l’instrument général qui rend superflus tous les instruments existant jusqu’ici.
2. les signes graphiques permettent l’établissement d’une nouvelle gamme* grapho-mécanique c’est-à-dire la création d’une nouvelle harmonie mécanique en examinant les différents signes graphiques et en soumettant leurs rapports à une loi. (Il faut mentionner ici une considération qui paraît encore utopique aujourd’hui : la transposition de représentations graphiques en fonction de strictes normes de rapports dans la musique.)
3. le compositeur peut lui-même rendre sa composition prête à être reproduite sur le disque, il ne dépend donc pas du savoir absolu de l’interprète. Jusqu’à présent, celui-ci a généralement introduit en cachette ses propres émotions dans la composition écrite en notes. La nouvelle possibilité offerte par le phonographe placera l’éducation musicale actuellement dilettante sur une base plus saine. Au lieu des nombreux « talents de reproduction » qui n’ont rien à voir, ni de façon active ni de façon passive, avec la véritable création musicale, les gens seront éduqués de sorte qu’ils seront ou de véritables auditeurs de musique ou des compositeurs.
4. l’introduction de ce système lors de représentations musicales aura également un avantage essentiel : l’indépendance à l’égard des grands orchestres; une énorme diffusion des œuvres originales par un moyen simple. […]

* Notre gamme actuelle a peut-être mille ans et il n’est pas absolument nécessaire d’en respecter l’étroitesse.

Texte intégral en allemand : bluemountain.princeton.edu
English version : monoskop.org